Antonia Birnbaum – Le matérialisme d’une vie « en arrière d’elle-même »

 

Le cadre restreint de cette intervention: la naissance du « maoïsme » à même l’althussérisme, à l’Ecole normale supérieure d’Ulm. Il s’agit moins de recenser des groupements que les problématiques dont ils procèdent. Partant de l’échec du maoïsme, poser la question de ce qu’il y a encore d’intéressant – ou non – là-dedans.

Premier paradoxe : parmi ceux qui entendent fusionner anti-autoritarisme et lutte ouvrière après les évènements de 1968, les (ex‑)althussériens jouent un rôle important, alors même qu’ils avaient mis en jeu l’autorité d’un « savoir théorique » de l’oppression contre la teneur antiautoritaire des luttes de 1968, contre les pratiques latérales entre ouvriers et étudiants, contre les formes multiples et indisciplinées de la contestation, bref contre toutes les interrogations nouvelles des formes de lutte politique. Comment les pratiques réelles inaugurées alors naviguent entre ces deux énoncés supposés également maoïstes « Les ouvriers n’ont pas besoin de notre science, mais de notre révolte », « Les étudiants doivent se mettre au service du peuple ». Quel rapport au dogme qu’est la centralité de la classe ouvrière dans les luttes, quels déplacements appelle le déplacement de la focalisation sur les forces productives ( léninsime) vers le problème des rapports de division intellectuelle et manuelle ? Quid de l’auto-émancipation ?

Deuxième paradoxe: le rapport entre matérialité et conséquence, y compris au regard du concept d’universel. Il y a là deux logiques non pas nécessairement exclusives l’une de l’autre, mais néanmoins très problématiques à agencer.

1/Il y a d’abord le territoire investi par le « projet perpétuel » qui entend incarner la pensée : sa tension vers l’action, sa volonté de l’atteindre est telle que ses mots miment déjà le passage de l’autre côté. La conséquence consiste à « réaliser » la pensée dans la matérialité du monde, non pas à faire de la pensée la conséquence discontinue prise dans un processus matériel de division. Marx : il faut transformer le monde, non pas l’interpréter.

2/La direction contraire à cette vie projetée au bout de la phrase. C’est l’irruption d’une toute autre matérialité, d’un impensable dont procède « la vie en arrière d’elle-même », mis en exergue dans la psychanalyse, l’anthropologie, l’archéologie. Cet impensable de la vie fait de toute pensée le devenir de quelque chose qui ne pense pas, ou encore il branche la pensée sur ce qui de toute pensée est en-deça d’elle-même, dans les corps, les gestes, les choses. Marx : c’est le réel qui pousse à penser.

A ce titre, il est pertinent pour questionner l’incise maoïste, à savoir : quelles conséquences en politique de la récusation des divisions entre savoir manuel et intellectuel ?

Programme Avril 2017

Mercredi 5 avril – 19h30 – Beaux-Arts

Considérations philosophiques sur le maoïsme par Antonia Birnbaum.

Spécialiste de la philosophie allemande, de philosophie esthétique et de théories de l’émancipaton. Auteure notamment de Bonheur Justice, Walter Benjamin, le détour grec (Payot, 2009).

Mercredi 12 avril – 19h30 – École Normale Supérieure

Discussion autour du livre La horde d’or. La grande vague révolutionnaire et créative, politique et existentielle (L’éclat, 2017) de Nanni Balestrini et Primo Moroni en présence des traductrices et des traducteurs.

Jeudi 13 avril – 19h30 – EHESS

Discussion ouverte « Qu’est-ce qu’être ingouvernable ? » avec des collectifs liés à Génération Ingouvernable.

Mercredi 19 avril – 19h30 – Beaux-Arts

Ciné-club.

Mercredi 26 avril – 19h30- Beaux-Arts

Discussion autour du livre Le militaire (Amsterdam, 2017) de Claude Serfati en présence de l’auteur et de Mathieu Rigouste.